Stoppons une nouvelle mine d’or en Amazonie péruvienne

La ruée vers l’or pourrait faire de nouveaux ravages au Pérou.

Pour permettre à une entreprise canadienne d’exploiter en forêt amazonienne, des fonctionnaires ont déclaré une zone non boisée et inhabitée. Les indigènes Shawi, dont le mode de vie a permis de préserver ce territoire, sont indignés. Aidons-les à sauver leur forêt !

Lettre

Au président de la république du Pérou

Merci d’annuler les concessions minières octroyées pour l’exploitation de l’or et du cuivre dans la forêt tropicale du peuple Shawi.

Scandaleux et sans précédent : 8.900 hectares de forêt tropicale situés en Amazonie péruvienne ont été déclarés « zone non boisée et non peuplée » par les autorités, et ce afin d’attribuer des concessions minières d’or et de cuivre à une compagnie minière canadienne. Les autorités bafouent les droits fonciers existants ainsi que les lois relatives à la protection de la nature.

Cette forêt tropicale est habitée par les indigènes du peuple Shawi depuis des générations. Les fonctionnaires feignent d’ignorer leur existence et leurs droits fonciers. Le Ministère de l’Énergie et des Mines ainsi que l’Institut Géologique Minier et Métallurgique (INGEMMET) ont encouragé l’attribution de concessions à l’insu des habitants. Cette forêt vierge qui soi-disant n’existe pas est située dans le district de Balsapuerto dans la Province d’Alto Amazonas.

Le bénéficiaire des droits d’exploitation est l’entreprise Minerales Camino Real Perú SAC, une filiale de l’entreprise canadienne Royal Road Minerals Limited.

Des organisations indigènes ont fermement condamné cette procédure allant à l’encontre du droit péruvien et du droit international en vigueur. Les fondements de l’autorisation sont absurdes et contradictoires. Aucune étude d’impact environnemental n’a été réalisée et les membres de la communauté Shawi n’ont pas été consultés.

Les indigènes ne sont pas les seuls à avoir besoin de la forêt pour vivre. La préservation de la nature est également indispensable aux 60.000 habitants de la ville de Yurimaguas. Les concessions sont situées au pied des Andes, berceau des fleuves Cachiyacu, Armanayacu et Yanayacu qui se jettent dans le fleuve Paranapura et le fleuve Huallaga. Ce dernier approvisionne la ville en eau potable et ne doit pas être pollué par l’exploitation aurifère.

*************             ***********

Lettre de la pétition

Au président de la république du Pérou

Monsieur le Président,

Des organisations indigènes et d’autres organisations telles que la Pastoral de la Tierra du vicariat apostolique de Yurimaguas exigent que vous annuliez l’attribution des concessions minières d’or et de cuivre dans les régions indigènes de Balsapuerto.

Les rapports officiels ne sont pas actuels. Ils comportent des contradictions, des inexactitudes et nient l’existence des forêts tropicales et des Shawi, dont les terres ancestrales sont désormais occupées par les concessions.

Le maire de Balsapuerto et les communautés indigènes demandent une rencontre avec vous et votre Premier Ministre afin de mettre en œuvre l’annulation des concessions minières.

Parallèlement, il est urgent de lutter contre les pénuries chroniques d’eau potable dans la zone supérieure de la région amazonienne, un problème que le projet minier viendrait encore aggraver.

La protection et la préservation de ces forêts sont très importantes pour les populations indigènes. Elles déclarent vouloir défendre leur territoire au péril de leur vie. Nous vous demandons donc d’annuler sans plus attendre les concessions minières et de contribuer à la préservation de cet important patrimoine naturel.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1142/stoppons-une-nouvelle-mine-dor