Mort à Hambach

La France est complice de l’exploitation du charbon allemand à Hambach.

Lors de l’évacuation de la forêt de Hambach, un jeune militant est décédé mercredi 19 septembre. L’objet de la répression policière : permettre l’extension d’une mine de charbon géante, en contradiction avec les engagements sur le climat. La France est impliquée dans ce forfait car la Caisse des dépôts et consignations a investi des fonds dans la compagnie allemande RWE.

(…) Une vie a déjà été prise, avalée par l’insatiable appétit de RWE et de ses soutiens financiers. Plus que jamais le temps est venu de tourner définitivement la page du charbon – en commençant par renoncer à étendre la mine qui jouxte la forêt d’Hambach.

https://reporterre.net/La-France-est-complice-de-l-exploitation-

Le 11 décembre 2017, Bruno Le Maire, Ministre de l’économie et des finances, annonçait que la Caisse des dépôts et consignations allait signer “une Charte pour le climat” par laquelle elle s’engagerait à “prendre en considération les enjeux liés à la lutte contre le changement climatique dans [sa] politique d’investissement”.

Mais, dans le même temps, la France continue d’investir des millions d’euros, via la Caisse des dépôts et consignations notamment, dans les mines et les centrales à charbon allemandes.

Dans cette histoire, irrémédiablement marquée du sceau de la tragédie,

chacun·e d’entre nous peut jouer un rôle : écrire à Emmanuel Macron, à Bruno Le Maire et aux dirigeant·e·s de la Caisse des dépôts et consignations pour leur demander de désinvestir des combustibles fossiles et des énergies du passé – et d’engager la transition vers un futur juste et durable (…)

Pour cela, rien de plus simple : remplissez le formulaire ci-dessous.

Nous leur transmettrons vos messages !

https://zerofossile.org/hambach-charbon/

***************           ***********

La France doit désinvestir !

La France s’est engagée à fermer ses centrales à charbon d’ici à la fin du quinquennat. Mais, dans le même temps, par l’intermédiaire de l’un de ses fonds souverains, elle soutient le développement de l’extraction et de la combustion de charbon en Allemagne.
Cet argent est celui de l’ensemble des français·e·s, qui sont massivement en demande de politiques climatiques ambitieuses. Soutenir les projets destructeurs du climat ne peut se faire en notre nom, avec notre argent !
Pas un euro de plus ne doit être investi dans les énergies du passé.
La Caisse des dépôts et le Fonds de réserve pour les retraites doivent exclure les investissements charbonniers, gaziers et pétroliers de leur portefeuille.