Les gilets jaunes et le pic pétrolier

Contrairement à ce que l’on peut entendre à longueur de journées dans les médias et ailleurs, la taxe sur le diesel n’a rien à voir avec une taxation écologique, avec la lutte contre le changement climatique.

Elle est effectivement socialement très injuste [1]. La production de fioul et de diesel stagne, voire baisse, en raison de la qualité du pétrole à raffiner. C’est pourquoi est soudainement apparue « l’urgence de se débarrasser du diesel qui a récemment ébranlé les chancelleries européennes : elles se cachent derrière de véritables problèmes environnementaux (…) pour essayer de s’adapter rapidement à une situation de pénurie [2]. »

Le gouvernement veut donner l’impression qu’il est volontariste par rapport à l’enjeu climatique alors qu’il subit une évolution qu’il a été incapable d’envisager. Nous sommes en présence d’un phénomène de ressource. Il faut donc décourager l’utilisation du diesel par les particuliers de manière à ce que les professionnels (du transport de marchandises, des travaux publics, de l’agriculture…) puissent être prioritaires dans l’utilisation de ce carburant. Idem pour le chauffage au fuel qui sera condamné non pour des raisons de pollution, mais à cause de l’insuffisance de l’approvisionnement. Le virage à 180° pris par le gouvernement au sujet des chaudières au fioul [3] ne provient pas d’une prise de conscience de l’enjeu climatique, mais de la crainte d’une pénurie.

La transition écologique est en fait une tentative d’adaptation à la baisse des ressources. Le pétrole disponible pour les pays de l’OCDE a diminué de 15 % [entre 2005 et 2010] car « les pays exportateurs de pétrole du Moyen-Orient conservent une plus grande part de leur pétrole pour la consommation intérieure alors que les pays asiatiques augmentent considérablement leurs importations [4]. »

La fête n’est pas finie [5] pour tout le monde mais pour une partie toujours plus importante de la population. C’est cette dernière qui manifeste affublée d’un gilet jaune, symbole tout à fait adaptée à la situation : il est en principe porté par les automobilistes en panne ou accidentés qui se retrouvent en danger au bord de la route.

Ce n’est qu’accessoirement une question de mobilité que soulèvent en réalité les Français de la périphérie. La question de fond a trait à l’intégration sociale et au servage [6] que nous avions cru définitivement éradiqué sous nos latitudes. L’abondance énergétique a engendré un apaisement des tensions sociales. Depuis 70 ans, nous avons disposé d’énormément d’énergie, et de bonne qualité, pour faire fonctionner l’ascenseur social. Malheureusement, la fin de cette abondance va transformer la lutte des classes en guerre des classes ou bien en soumission.

Ceux qui depuis les classes supérieures et/ou les grandes métropoles regardent les gilets jaunes avec condescendance ne savent pas encore qu’ils ont sous leur yeux leur propre avenir et celui de leurs enfants. Car après le diesel et le fioul, viendra le tour des autres combustibles fossiles.

Philippe Lalik

https://yonnelautre.fr

[1] Jean Gadrey : En France, les très riches émettent 40 fois plus de carbone que les pauvres, mais les pauvres paient plus de 4 fois plus de taxe carbone en % de leurs revenus !

https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2018/

Mais s’il suffisait de faire porter le plus gros de la taxation carbone par les classes les plus aisées, nous pourrions nous focaliser sur l’aspect social des taxes sur les carburants. En fait, nous avons affaire à un phénomène plus préoccupant à court terme lié non pas aux émissions mais aux ressources : le pic du diesel.

Le pic pétrolier est là, même si l’extraction du pétrole de schiste américain a permis à l’économie mondiale un répit de quelques années. Tous les produits issus du pétrole ne connaissent pas leur pic au même moment. Nous rencontrons, semble-t-il, celui du diesel[[Le pic du disel, édition de 2018

https://crashoil.blogspot.com/2018/11/el-pico-del-diesel-edicion-de-2018.html ?

[2] Traduction de l’article espagnol en français ici :

https://www.facebook.com/notes/jean-marc-jancovici/le-pic-d

[3] La fin des chaudières au fioul ? Des Français reçoivent toujours des aides de l’État. http://www.leparisien.fr/economie/la-fin-des-chaudieres-au-fioul-des-francais-recoivent-toujours-des-aides-de-l-etat-14-11-2018-7942590.php

[4] Menace de rationnement du diesel en Europe (par ASPO Allemagne)

http://aspo-deutschland.blogspot.com/2012/03/threat-of-diesel-rationin

[5] Richard Heinberg : La fête est finie, Avenir des sociétés industrielles après le pic pétrolier (Demi-lune, 2008).

[6] Chris Hedges : En route vers le servage.

https://www.les-crises.fr/en-route-vers-le-servage-par-chris-hedges/