Gaz de houille …

Quelques définitions pour permettre de

comprendre ce que l’on veut !

Tout le monde sait que le sous-sol du Nord-Pas de Calais ressemble à un gruyère.

Un siècle et demi d’exploitation du charbon nous a laissé des dizaines de kilomètres de galeries et … du gaz.

Connu du grand public, le gaz de houille est un terme générique qui désigne deux réalités fort différentes :

Les gaz de mine (grisou), issus de la précédente exploitation du  charbon et les gaz en couche de charbon (ou gaz de couche) encore prisonniers dans les filons non exploités jusque maintenant.

Quelque soit la dénomination, ces gaz sont essentiellement composés de méthane,

Le gaz de mine est déjà exploité dans notre région (par l’entreprise Gazonor) sous forme de pompage direct dans les galeries. Il ne nécessite aucun forage supplémentaire. Il est apparu quand tout le monde était d’accord pour exploiter le charbon. Ce gaz étant explosif, son exploitation contribue à notre sécurité. Nous ne nous opposons évidemment pas à son exploitation.

Le gaz en couche de charbon  n’est pas encore exploité dans notre région mais fait l’objet d’autorisations d’exploitations qui seront mises en œuvre dans un avenir plus ou moins proche. Ce gaz  est contenu dans des couches beaucoup plus profondes, dans des filons qui n’ont pas encore été exploités. A l’heure actuelle, on ne s’intéresse plus au charbon, on veut récupérer le méthane contenu dans ce charbon ! Pour récupérer ce gaz qui dort, il est nécessaire de forer verticalement puis horizontalement, voire de fracturer la roche.

L’exploitation du gaz en couche de charbon pose de nombreux problèmes et c’est contre elle que luttent les collectifs de la région.

Avec ce site, l’ambition est de faire découvrir la face cachée de l’exploitation du gaz en couche de charbon.