Fracturation hydraulique et santé

Une nouvelle étude démontre que les bébés qui naissent à proximité de puits de gaz et de pétrole ont entre 40 à 70% plus de chances d’avoir des défauts cardiaques congénitaux.

D’après une nouvelle étude, il y a entre 40 et 70% de plus de probabilité pour les femmes enceintes de donner le jour à un bébé ayant des défauts cardiaques congénitaux si elles habitent à proximité d’exploitation de gaz et de pétrole.

A l’Université du Colorado, la Dr Lisa Mckenzie et son équipe de chercheurs ont trouvé que les produits chimiques émis par des puits de gaz et de pétrole peuvent avoir des impacts sérieux et potentiellement mortels sur des bébés dont la mère habite à moins de 1,5 km du site d’un puits actif – et c’est le cas pour 17 millions d’Américains.

Les chercheurs ont étudié plus de 3000 nouveau-nés qui ont vu le jour dans le Colorado entre 2005 et 2011. Il y a environ 60 000 sites de fracturation hydraulique dans l’état d’après le mouvement populaire Colorado Rising.

Dans les régions où les sites d’extraction du gaz et du pétrole étaient les plus nombreux, il y avait entre 40 et 70% de probabilité pour que les mères accouchent de bébés atteints de défauts cardiaques congénitaux (DCC).

La Dr Mckenzie a déclaré : » Nous avons observé plus d’enfants naître avec des défauts cardiaques congénitaux dans des régions où il y avait le plus de puits de gaz et de pétrole en activité. »

L’étude était plus précise que des rapports antérieurs en ce qui concerne le lien entre l’extraction du gaz et du pétrole et les DCC. Les chercheurs ont étudié des familles dans lesquelles les femmes enceintes ont vécu à proximité d’un puits de gaz ou de pétrole actif jusqu’au deuxième mois de grossesse, moment où le développement cardiaque a lieu chez le fœtus.

Ils ont également évalué l’intensité de l’activité d’extraction de gaz et de pétrole, déterminé exactement à quelle distance les femmes enceintes vivaient des puits et se sont assurés qu’il n’y avait pas d’autres sources importantes de pollution atmosphérique qui pourraient fausser leurs résultats.

Un des journalistes scientifiques a qualifié l’étude de « très convaincante » sur les réseaux sociaux.

La biologiste, Sandra Steingraber, faisait partie du groupe d’experts sur les dangers de l’extraction des combustibles fossiles qui ont désigné l’étude comme la preuve la plus récente que le fait de permettre aux puits de gaz et de pétrole de fonctionner, surtout à proximité de communautés, constituait un danger pour la santé publique. Sur Twitter, la Dr Steingraber a écrit, après avoir lu le document : « C’est une étude solide » notant que les scientifiques avaient construit sur des connaissances que les scientifiques possédaient déjà concernant des produits chimiques émis pendant la fracturation hydraulique dont on sait qu‘ils sont nocifs pour la santé prénatale.

La Dr Steingraber a écrit : « Des études antérieures sur les effets de l’extraction du gaz et du pétrole sur la santé cardiaque des nouveau-nés ne prenaient pas en compte l’étape de la grossesse ni ce qui se passait sur le puits pendant cette fenêtre. » Ce fait est important parce que les structures cardiaques se forment très tôt dans le développement – pendant les deux premiers mois. Si la FH est littéralement en train de démolir des cœurs de fœtus, cela se fait forcément au début de la grossesse.’

Elle a ajouté : »Quand les chercheurs ont regardé où habitaient les mères juste avant de concevoir et pendant les premières semaines ultra-importantes après la conception, ils ont trouvé des schémas surprenants. »

Les DCC sont la première cause de décès chez des enfants qui ont des défauts congénitaux. Il y a plus de probabilité que des bébés qui naissent avec des DCC ne « profitent » pas, aient des lésions cérébrales et ont des problèmes développementaux. Cette étude est publiée au moment où le Président Trump projette d’ouvrir 725 000 acres de terres publiques en Californie à des compagnies de gaz et de pétrole. Depuis le début de son mandat, le Président a offert un total de 378 million d’acres de terres publiques et d’eau pour les activités d’extraction du gaz et du pétrole.

La Dr Steingraber a encouragé vivement les opposants à l’extraction des carburants fossiles à déclarer publiquement leur opposition en faisant appel aux législateurs et en adressant des lettres aux rédacteurs en chef, notant que la Dr Mckenzie est ciblée depuis des années par les géants du gaz et du pétrole pendant qu’ils combattent les recherches qui révèlent les dangers à la santé publique qu’ils représentent.

Traduction : Maureen Johnson