Épuisement des ressources & Ravages de l’extractivisme

Refus de l’extractivisme climaticide  n° 385

1/ Nicolas Sersiron : Renouvellement ou développement, vivre ou mourir sans fin
Pays « développés »

Est « développé » le pays qui pratique depuis plusieurs siècles l’extractivisme, le pillage à grande échelle des ressources naturelles que sont les biens communs. Chez lui d’abord, mais surtout chez les autres pour s’approprier tout ce qu’il n’a pas ou qui est excessivement destructeur ou trop polluant chez lui. Bois et autres produits tropicaux, soja, huile de palme, caoutchouc, agrocarburant, minerais de toutes sortes, énergies fossiles, ressources halieutiques sont importés depuis 5 siècles et transformés industriellement par les pays extractivistes. Le commerce triangulaire avec l’esclavage, la colonisation avec le travail forcé et le néocolonialisme actuel avec les leviers de la dette illégitime et du libre-échange forment une continuité d’asservissement des autres peuples, un accaparement du sol et du sous-sol de leurs pays. Ils sont les bases du « développement », nommé aussi « progrès », des pays les plus riches.
http://www.cadtm.org/Renouvellement-ou-developpement-vivre-ou-mourir-sans-fin

2/ Matthieu Auzanneau : Le pic pétrolier, un danger mortel pour l’Europe
Matthieu Auzanneau, directeur du think tank The Shift Project et auteur du livre « Or Noir, la Grande histoire du pétrole », intervient à l’occasion des Ateliers du Shift organisés le 7 février 2019.
https://www.youtube.com/watch?v=LeDzFEyICXI&feature=youtu.be

3/ Réaction de Greenpeace France à la première livraison d’huile de palme à l’usine de la Mède
Une enquête du Parisien a révélé ce matin qu’une cargaison d’huile de palme en provenance d’Indonésie allait / venait d’être livrée à l’usine de Total à la Mède, dans les Bouches du Rhône [1].
Quelques jours après des mobilisations sans précédent pour le climat en France, ce hasard du calendrier est une nouvelle preuve flagrante de l’inaction climatique du gouvernement et d’Emmanuel Macron.
L’autorisation donnée à la bioraffinerie de La Mède pourrait entraîner l’importation de centaines de milliers de tonnes d’huile de palme, jusqu’à 550 000 tonnes chaque année.
L’autorisation d’exploitation donnée par le gouvernement pourrait entraîner une augmentation de plus de 60% des importations d’huile de palme en France.
https://www.greenpeace.fr/espace-presse/reaction-de-greenpeace-france-a-premiere-livraison-dhuile-de-palme-a-lusine-de-mede/
Pour les Amis de la Terre
https://www.amisdelaterre.org/Reaction-des-Amis-de-la-Terre-a-la-premiere-livraison-d-huile-de-palme-a-l.html

4/ Le fonds souverain norvégien fait mine de sortir du pétrole
L’institution a promis de se désengager des compagnies pétrolières, pour des raisons avant tout financières. Mais cela ne concerne pas les majors comme Total, BP ou ExxonMobil.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/03/22/le-fonds-souverain-norvegien-fait-mine-de-sortir-du-petrole_5439619_3234.html

5/ Guinée : Plainte contre la Banque mondiale pour le financement d’une mine de bauxite nocive
Les populations de 13 villages situés à l’Ouest de la Guinée ont déposé une plainte contre la Société financière internationale (SFI), institution du groupe de la Banque mondiale chargée du secteur privé, pour avoir financé le développement d’une mine de bauxite nocive. Les 540 plaignants affirment que la Compagnie des bauxites de Guinée, qui pilote le projet financé par la Société financière internationale (SFI), a confisqué leurs terres, détruit leurs moyens de subsistance et l’environnement local ainsi que les ressources hydriques.
http://www.cadtm.org/Guinee-Plainte-contre-la-Banque-mondiale-pour-le-financement-d-une-mine-de

6/ Comment les géants du pétrole cherchent à « capturer les discours » sur le climat
ExxonMobil, Chevron, BP, Shell et Total dépensent près de 200 millions de dollars par an en publicité pour se doter d’une image positive sur l’enjeu du climat. Dans le même temps, les géants du pétrole continuent à faire du lobbying, directement et via leurs associations professionnelles, pour éviter toute politique ambitieuse de limitation des énergies fossiles.
http://multinationales.org/Comment-les-geants-du-petrole-cherchent-a-capturer-les-discours-sur-le-climat

7/ Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine
C’est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s’est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump suivent cette tendance en concentrant la moitié des centrales arrêtées dans le monde l’année dernière. La Chine, en revanche, s’éloigne des objectifs de l’Accord de Paris en pariant encore sur cette énergie sale.
https://www.novethic.fr/actualite/energie/energies-fossiles/isr-rse/le-nombre-de-centrales-a-charbon-recule-partout-dans-le-monde-sauf-en-chine-147082.html

8/ Épargnons le climat : En 2019, la France offre 11 milliards d’euros de subventions pour les énergies fossiles
11 milliards d’euros. C’est le montant des remboursements et des exonérations de taxes qui concernent la consommation des énergies fossiles en 2019 [1]. 11 milliards d’euros qui freinent l’essor de la transition écologique en avantageant les secteurs polluants. 11 milliards d’euros perdus pour le budget de l’État. 11 milliards d’euros potentiels pour financer des projets de la transition écologique et accompagner les ménages et certains secteurs d’activités.
Ces 11 milliards sont aussi devenus un symbole d’injustice sociale : les exonérations (concernant la taxe sur les produits énergétiques et la taxe carbone) bénéficient aux grandes entreprises alors que chaque ménage paie la totalité de la taxe.
https://reseauactionclimat.org/stop-subventions-fossiles-2019/

9/ Permis de recherches minières à Silfiac. Le recours des associations rejeté
La requête portée le 7 février par les associations Eau et rivières de Bretagne et Nature et patrimoine Centre-Bretagne visant l’annulation du Perm (permis exclusif de recherches minières) de Silfiac a été rejetée par le tribunal administratif de Rennes.
https://www.letelegramme.fr/morbihan/pontivy/permis-de-recherches-minieres-le-recours-des-associations-rejete-26-03-2019-12242369.php#

10/ Poissons morts, eau toxique… Au Brésil, deux mois après la rupture du barrage de Brumadinho, la pollution a gagné la rivière Paraopeba
Une catastrophe écologique et un bilan humain lourd. Le 25 janvier, un des trois barrages miniers du complexe de Córrego do Feijão, à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, cédait, déversant un torrent de boue et tuant au moins 211 personnes. La rupture de cette digue qui contenait les résidus d’une mine de minerai de fer a entraîné une véritable marée rouge de boue, détruisant tout sur son passage. Deux mois après, la rivière Paraopeba est encore trop polluée pour pêcher ou faire boire les animaux, témoigne un pêcheur. « Les chercheurs qui sont venus ici ont dit qu’il faudrait 8 ou 10 ans » pour que la rivière s’en remette, raconte-t-il. Franceinfo a rassemblé plusieurs clichés pour montrer ce paysage dévasté.
https://www.francetvinfo.fr/monde/bresil/en-images-poissons-morts-eau-toxique-au-bresil-deux-mois-apres-la-rupture-du-barrage-de-brumadinho-la-pollution-a-gagne-la-riviere-paraopeba_3250727.html

https://yonnelautre.fr/