Bure

Une poubelle nucléaire dans la Meuse !!!

Aréva est en plein naufrage : scandale UraMin1, EPR finlandais qui vire au cauchemar pour l’entreprise Française2

Une filière nucléaire tout entière qui masque mal son amateurisme avec des incidents plus ou moins graves de façon dramatiquement régulière3 (jusqu’à l’accident final ?), et ce d’autant plus que les centrales nucléaires du parc français sont vieillissantes : 15 réacteurs ont déjà dépassé les 35 ans ; alors qu’ils avaient été prévus pour fonctionner durant 30 ans, alors qu’EDF s’apprête à prolonger leur durée de vie jusqu’à 50 ans !

Des convois de matières radioactives (combustibles, déchets…) sillonnent la France en permanence4 entre les industries d’enrichissement d’uranium, les centrales nucléaires et La Hague où sont pour l’instant stockés les déchets…

Et pendant ce temps, des centrales nucléaires que les acteurs sont dans l’incapacité technique et financière de démanteler ; et surtout des montagnes des déchets qui s’accumulent5 !!!

Chaque année, quelques 1 200 tonnes de déchets radioactifs issus des centrales françaises viennent grossir ce sinistre tas, certains déchets étant dangereux pour des milliers d’années !

Nos gouvernants nous assurent pourtant que le nucléaire, c’est propre…

Ils nous disent aussi que cela nous assure une indépendance énergétique : drôle de conception de l’indépendance quand la France ne produit pas d’uranium6

Bref, la grogne monte et ces déchets qui nous empoisonnent, il faudrait les cacher, les enterrer pour que puisse perdurer la filière. Alors, l’idée saugrenue d’une poubelle nucléaire s’est installée. Plusieurs sites ont été envisagés mais devant la mobilisation des populations, l’ANDRA (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) a été obligée de reculer. Le site retenu finalement est un petit village de la Meuse, dans un paysage vallonné et boisé. Le site n’a pas été choisi pour ses qualités géologiques ou pour ses acteurs économiques ; non, ce site a été choisi parce qu’il est peu peuplé, plutôt pauvre et que la résistance y est du coup plus facile à mater, plus facile à acheter ! L’argent de l’ANDRA coule à flots pour séduire des élus locaux qui n’ont guère d’autres moyens pour faire vivre leur commune.

Malgré la dangerosité du projet7 (risque d’incendie, émissions radioactives par les aérations des galeries, risque de perte de mémoire pour un site qui abritera des déchets à vie longue -plusieurs milliers d’années-, réversibilité mise en doute par les chercheurs…) l’ANDRA persiste dans la construction de ce tombeau et étend ses projets pour du stockage en surface et d’autres projets connexes. L’entreprise achète des terres : 3 000 ha déjà achetés pour échanger avec les terres convoitées.

C’est un territoire entier qui serait voué à l’industrie nucléaire !

Devant l’arrogance et les mensonges de l’entreprise8, la résistance à ce projet n’a cessé de s’amplifier. Au début des années 2000, les militants organisaient régulièrement des marches, des manifestations… mais le pot de terre avait commencé à faiblir devant le pot de fer. La maison de la résistance, (achetée par des opposants en 2006) a permis une mobilisation de militants de toute la France et l’organisation d’événements a ont relancé la résistance dans ce petit village. En 2015, un camp organisé près de Bure réunissait plus de 800 personnes et, depuis, la mobilisation n’a cessé de grandir. En août 2016, les opposants faisaient symboliquement tomber le mur que l’ANDRA avait construit autour du bois Lejuc, acquis de façon illégale9.

Le week-end du 13 août 2017, un festival était organisé à Bure pour faire connaître le projet et la lutte qui l’accompagne. Au menu, ateliers, chants, discussions, cantines à prix libre dans le bois et marche jusqu’à un site archéologique sur la commune de Saudron.

La répression policière y est particulièrement féroce depuis toujours et encore accentuée par de nouveaux moyens envoyés sur place par le nouveau gouvernement.

Encore une fois, ce week-end qui devait être festif et pacifique se soldera par de nombreux blessés, des interpellations, des procès !!!10

A Bure ou ailleurs, il s’agit de lutter contre un projet d’enfouissement des déchets nucléaires mais plus encore, de remettre en cause les nucléaires civil et militaire et le monde qui va avec. Il s’agit de se battre pour habiter réellement un territoire, être prêt à le défendre pour le garder, pour le préserver des attaques insensées de nos gouvernants, prêts à tout sacrifier pour satisfaire les intérêts des entreprises privées.

Pour nous, pour les générations qui viennent.

1 http://www.liberation.fr/france/2016/02/10/areva-les-dessous-d-un-scandale-d-etat_1432481

2 http://www.sortirdunucleaire.org/Centrale-EPR-finlandaise-le

3 http://www.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-des-accidents-partout?debut_autres_articles=20#pagination_autres_articles

4 http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/20140227-GoliasHebdo.pdf

5 http://www.sortirdunucleaire.org/Le-nucleaire-ca-pollue-vraiment

6 http://areva.niger.free.fr/

7 http://blog.doomfr.com/wp2/wordpress/wp-content/uploads/2015/05/burestop2014.pdf

8 http://www.sortirdunucleaire.org/Les-mensonges-de-l-Andra-devant-la-justice-compte-35901

9 https://www.youtube.com/watch?v=I3IyeXeZnnc

10 http://vmc.camp/2017/08/17/a-bure-la-prefecture-continue-sa-strategie-descalade-brutale-au-prix-de-nombreux-ses-blesse-e

Pour en savoir plus

http://vmc.camp/