Briser le mythe de la sécurité énergétique

Projet fossile en Europe 

Alors que la Banque européenne d’investissement (BEI)  s’apprête cette semaine à accorder un prêt de 1,5 milliard d’euros au gazoduc transadriatique (TAP), le plus grand projet fossile en Europe, examinons l’un des principaux arguments qu’elle invoque pour justifier cet investissement, à savoir la sécurité énergétique.

Regardez et partagez cette nouvelle vidéo d’animation dans laquelle nos amis de Counter Balance démontrent que le corridor gazier sud-européen ne sera pas synonyme de sécurité énergétique :

https://www.facebook.com/350france/videos/10156297676192708/?utm_medium=email&utm_source=actionkit

Alors que la société pétrolière russe Gazprom prévoit d’acheminer du gaz par ce gazoduc, notre sécurité énergétique sera probablement affaiblie si le TAP se concrétise. Cela nous rendrait dépendant aux régimes azerbaïdjanais et turc de plus en plus autoritaires, et ceci pour un approvisionnement supplémentaire en gaz dont l’Europe n’a même pas besoin.

La semaine dernière, une nouvelle étude importante commandée par nos amis de Bankwatch a sérieusement mis en doute un argument clé avancé pour justifier la construction du TAP et de l’ensemble du corridor gazier sud-européen : le gaz serait moins nocif pour le climat que le charbon. Ce rapport montre au contraire que le gaz est probablement aussi dommageable, sinon plus, que le charbon pour le climat.

Plus inquiétant peut-être encore, c’est qu’avant de prendre la décision de financer de nouvelles infrastructures d’énergie fossile comme le TAP, la BEI n’a publié aucune analyse des impacts que ce projet aurait sur les engagements climatiques pris par l’Europe dans le cadre de l’accord de Paris. Pas le moindre test climatique public n’a été mené !

Partagez dès maintenant cette vidéo sur Twitter ou Facebook en taguant la BEI* pour être sûr qu’elle reçoit le message. Nous savons que ses arguments ne tiennent pas la route. Le TAP et le corridor gazier sud-européen ne sont pas les solutions climatiques que nous recherchons.

En avant !

Tim et Adriana, au nom de 350.org et des équipes Counter Balance.

P.S. : Rendez-vous sur le site Web de Counter Balance pour en apprendre plus sur leur précieux travail.